Satureja montana var. citriodora, Sarriette citronnée
  • Satureja montana var. citriodora, Sarriette citronnée
  • Satureja montana var. citriodora, Sarriette citronnée
 Notes et avis clients
personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue

Satureja montana var. citriodora - Sarriette citronnée

Variété au délicat parfum citronné et ​floraison blanche ponctuée de mauve.

Sa floraison est également tardive en fin d'été ce qui est un plus pour les abeilles !

 

Elle a le même développement que l'espèce type Satureja montana

Plus d'informations...

6,90 €
TTC
Quantité

Remise sur la quantité
Quantité Remise Vous économisez
3 10% Jusqu'à 2,07 €
5 20% Jusqu'à 6,90 €
25 30% Jusqu'à 51,75 €

Caractéristiques des Satureja montana var. citriodora - Sarriette citronnée

Genre :
Satureja
Espèce :
montana
Variété :
var. citriodora
Famille :
Lamiaceae
Rusticité :
Résistant jusqu’à - 22 ºC
Taille (Haut. x Larg.) :
20 cm x 30 cm
Densité de plantation par m² :
4
Comestible :
Feuilles et fleurs comestibles
Parfum :
senteur citronnée

Floraison

  • -
  • -
  • -
  • -
  • -
  • -
  • -
  • A
  • S
  • O
  • -
  • -

Résistance à la sécheresse :
besoin en eau faible
Hauteur en fleur :
10 à 30 cm
Exposition :
soleil
Couleur :
blanche
Nature du feuillage :
persistant
Période de floraison :
automne
Plante parfumée :
feuillage aromatique
pH du sol :
Acide / Neutre (6.5 < Ph < 7.5)
Basique (calcaire Ph > 7.5)
Nature du sol :
drainant (caillouteux ou filtrant)
Zone de rusticité :
Z6 :  - 22°C à - 17°C
Type de plantes :
arbrisseau
Usage de la plante :
jardin sur gravier
mixed-border
pot et conteneur
pour la cuisine
rocaille
Genre botanique :
Satureja

À propos du genre Satureja :

Selon Linné le nom Satureja dériverait du grec "satyre" en référence à ses vertus aphrodisiaques ! Une autre hypothèse est qu'il dérive du mot arabe ss'atar qui désigne plusieurs plantes appartenant à la famille des Lamiacées. Ce genre comprend une trentaine d'espèces, annuelles et vivaces, utilisées comme condimentaires.

Comment cultiver la Satureja montana var. citriodora - Sarriette citronnée :

Les sarriettes sont tout à fait rustiques. On les cultive en plein soleil, dans un sol bien drainé, neutre à alcalin. On essaye dans la mesure du possible d'éviter l'humidité hivernale, même si elles s'en accommodent relativement bien. On peut retailler les vieux bois en mars. On peut la multiplier par semis à la fin de l'hiver ou au printemps. Elle peut être semée en place au printemps. Le bouturage herbacé des sous-arbrisseaux se fera, lui, en juin.

 

Récolte :

Cueillette : les feuilles fraîches se cueillent à tout moment pour un usage immédiat ou pour être séchées.


Conservation : faire sécher les feuilles dans un endroit frais et aéré, puis conservez-les en bocaux.


Congélation : on peut tout à fait congeler cette espèce pendant six mois.

 

Utilisation :

Culinaire : la sarriette a un goût fort, poivré qui se marie bien avec les haricots et autres légumes. Elle sert aussi à parfumer le vinaigre et le beurre. Elle s'utilise avec le gibier et les terrines. Elle peut servir à faire de délicieuses tisanes. C'est avant tout le condiment des fèves (avec l'estragon et le cerfeuil), des haricots et des lentilles. Toutes les viandes en sauce s'en accommodent aussi fort bien. Leur usage en cuisine comme en médecine, et très voisin de celui du thym. En Provence, les bons fromages de chèvre sont enroulés dans les feuilles de la sarriette vivace que les bergers cueillent au hasard de leurs marches.


Médicinale : En médecine les sarriettes ont à peu près les vertus toniques, stimulantes et antiseptiques du thym et des autres labiées aromatiques. La sarriette est aussi réputée faciliter la digestion et soulager les piqûres d'insectes. Elle s'emploie aussi comme stimulant.

 Avis
Tous les avis sur cette page sont affichés par ordre chronologique.

Soyez le premier à donner votre avis !