Une question ? des conseils ? appelez-nous au 06 61 02 72 34, ou par mail

Nouveautés

Toutes les nouveautés

  
Offrir une carte cadeau
    

Gros plan sur les Origans

 


   Hippocrate a été le premier à employer le nom d'origan qui est dérivé de deux mots grecs ; oros signifiant la montagne et ganeos la beauté ou la joie. Les origanums peuvent être employés, comme plantes de jardin, dans de nombreuses situations. L'origan sauvage et ses cultivars peuvent être utilisé, à la fois, dans le massif des plantes culinaires, et dans le reste du jardin. Des formes aux feuillages dorés et panachés peuvent être employées pour donner de la couleur dans les coins ombragés. Les plus grands origanums herbacés, qui gagnent en popularité, apportent grâce à leur hauteur et leurs couleurs saisissantes, une touche irremplaçable dans les massifs durant la période estivale. Les origanums moins robustes sont très appréciés par les jardiniers cultivant des plantes alpines et sont régulièrement vus dans les expositions de plantes alpines où leur beauté peut être pleinement appréciée. Beaucoup d'espèces forment de superbes spécimens dans un jardin de rocaille et peuvent être cultivé en cascade au-dessus d’une bordure. Il y a, dans ce genre, des plantes pour satisfaire tout type de jardinier.

 

Origanum 'Amethyst Falls'

Origanum 'Amethyst Falls'

Origanum 'Dingle Fairy'

Origanum 'Dingle Fairy'

Origanum 'Kent Beauty'

Origanum 'Kent Beauty'



Taxonomie

   Les Origanums font partie de la famille des Lamiaceae et sont donc liés à beaucoup d'autres plantes aromatiques telles que le romarin, le thym, la sauge ou encore la lavande. Ceux sont soit des arbrisseaux soit des plantes herbacés et ont généralement de petites feuilles, les feuilles supérieures étant très petites. Les fleurs sont terminées par deux lèvres et entourées de bractées qui sont souvent grandes et colorées.
   Le genre origan a, d’un point de vue taxonomique, été complètement remanié par le Dr. J. H. Ietswaart en 1980. Ce travail a été edité par la maison d'édition Leiden University Press  sous le nom A Taxonomic Revision of the Genus Origanum, dans lequel, Ietswaart a divisé le genre en 10 sections, regroupant au total de 38 espèces, (y compris une avec 6 sous-espèces et une autre avec 3 variétés), ainsi que 17 hybrides. Depuis cette date, les descriptions de trois nouvelles espèces provenant de Jordanie ont été publiées par Avinoam Danin. (Ce sont O. petraeum, O. punomnse et O. jordanicum). Les 10 section de Ietswaart’s 10 sont les suivantes : Amaracus, Anatolicon, Brevifilamentum, Longitibus, Chilocalyx, Majorana, Campanulaticalyx, Elongatispica, Origan et Proiaticorolla. Nous cultivons, en ce moment, des plantes de 7 sur les 10 sections.


Les différentes sections du genre Origanum sont :

Section Amaracus
O. boissieri, O. calcaratum , O. cordifolium, O. dictamnus, O. saccaluni, O. solymicum

Section Anatolicon
O. akhdarense, O. cyrenaicum, O. hypericifolium, O. libanoticun, O. pampaninii, O. scabrum, O. sipyleum, O. vetteri

Section Brevifilamentum
O. acutidens, O. bargyli, O. brevidens, O. haussknechtii, O. leptocladum, O. rotundifolium

Section Longitubus
O. amanum

Section Chilocalyx
O. bilgeri, O. micranthum, O. microphyllum, O. minutiflorum

Section Majorana
O. majorana, O. onites, O. syriacum, O. syriacum var. syriacum, O. syriacum var. bevanii, O, syriacum var. sinaicum

Section Campanulaticalyx
O. dayi, O. isthmicum, O. ramonense

Section Elongatispica
O. elongatum, O. floribundum, O. grosii

Section Origanum
O. vulgare, O. vulgare subsp. vulgare, 0. vulgare subsp. glandulosum, O. vulgare subsp. gracile, O. vulgare subsp. hirtum, O. vulgare subsp. virens, O. vulgare subsp. viride

Section Prolaticorolla
O. compactum, O. ehrenbergii, O. laevigatum

Origans de Danin de Jordanie
O. peiraeum, O. punonense, O. jordanicum

Nomenclature

   Les problèmes de nomenclature dans les pépinières concernent d’avantage les cultivars que les espèces. Dans le paragraphe suivant les synonymes sont donnés après le nom valide, le synonyme le plus utilisé généralement étant la confusion entre O. tournefortii et son nom correcte O. calcaratum. Les pépinières cultivant des plantes aromatiques étiquettent souvent les plantes avec leurs noms communs et omettent des noms botaniques. Ainsi, par exemple, l’Origanum vulgare ‘Aureum Cripum’ peut être trouvé sous les noms de marjolaine ridée, marjolaine bouclée, marjolaine à feuille dorée crispée …. avec le nom commun parfois élevé à un pseudo nom de cultivar. Quelques marjolaines germent particulièrement bien et certaines pépinières peuvent être tentée de nommer de nouveaux cultivars sans vérifier d'abord auprès des collections nationales si leur plante est suffisamment distincte.

Méthodes de culture

   Apprendre à cultiver correctement les origans consiste d’abord en l’étude de leur milieu naturel. Généralement, ils se développent dans des secteurs montagneux et des régions rocheuses, sèches, sur le sol calcaire. Tous les origanums, les marjolaines, Origanum vulgare et ses sous-espèces, ont une distribution très vaste. Il peut les trouver à l’état naturel, des Açores à Taiwan et sont également naturalisés en Amérique du Nord. On les retrouve, dans toute la France, dans les endroits secs, les bords de route et les prairies sur les sols calcaires. Le reste des espèces sont principalement originaires de l’Est du bassin méditerranéen, avec quelques espèces à l’Ouest du bassin méditerranéen. La plupart sont originaires de secteurs très limités, avec environ 70% qui sont endémiques soit d'une île, soit d’une montagne.

Origanum 'Rosenkuppel', Marjolaine

Origanum 'Rosenkuppel'

 Origanum vulgare 'Thumble's Variety', Marjolaine dorée

Origanum vulgare 'Thumble's Variety'

Origanum vulgare subsp. hirtum, Origan grecque

Origanum vulgare subsp. hirtum


 

   Origanum vulgare et ses cultivars sont tout à fait rustiques. Il en est de même de certains hybrides récents, particulièrement adaptés aux bordures composées de plantes herbacées, qui ont souvent comme parent l'O. laevigatum. O. scabrum et O. rotundifolium ont tous les deux survécus, dans des plates bandes graveleuses, à des température inférieures -16°C. Beaucoup d'espèces d'origan, cependant, venant comme ces derniers de la région méditerranéenne sont moins robustes et conviendront mieux à une culture en serre froide. Malgrès le fait que l’on puisse les retrouver à des altitudes élevés certaines espèces n’apprécient pas les conditions humides. C'est la combinaison du froid et de l’humide en hiver qui peut les tuer. Pour les aider à surmonter ceci, le sol peut être amélioré en ajoutant du gravier ou n'importe quel matériel graveleux pour favoriser le drainage et couvert par un traitement superficiel des massifs avec un paillis de 5 centimètres du gravier. Vous réduisez ainsi de désherbage, et favoriserez les semis spontanés d’origanums, qui pourront s’avéré parfois très prolifique. Le gravier maintient les collets des plantes au sec dans l'hiver et évite au feuillage d’être éclaboussé par des projections de boues.
La culture des origanums dans une plate-bande surélevée donne les meilleurs résultats, non seulement pour le drainage mais également parce que beaucoup d’entre eux ont une croissance lente et seront ainsi mieux mis en valeur. Les espèces moins rustiques peuvent être cultivées dans des pots et hivernées en serre froide ou dans une véranda. Comme beaucoup de labiées, les origanums sont considérés comme des plantes de plein soleil, mais il faut aussi prendre en considération que certains se poussent dans des gorges rocheuses où peu de soleil direct atteint les falaises. Au Jardin Botanique de Denver dans le Colorado (USA) il a été constaté que certaines espèces d’origan se sont mieux développées dans les zones fraîches, pentes nord du jardin de rocaille qu'en plein soleil. Il parait donc logique d’essayer de reproduire au mieux l'habitat naturel d'une plante en regardant exactement où elle s'épanouit dans la nature.
   La multiplication peut se faire par graine, division de racine ou bouturages. Les origanums s’hybridant facilement, le semis est à proscrire si plusieurs espèces sont présentes dans le jardin. Des boutures d’environ 9 centimètres de longueur, peuvent être prélevées au printemps et restent la meilleur manière de conserver l’espèce type. Quelques espèces d'origan produisent des fleurs sur presque chaque tige et trouvé une tige non-fleurie pour le bouturages peut être difficile. Des boutures, tel que celles d'O. rotundifolium, devront donc être prises au début de l'année, avant qu'ils commencent à fleurir. Après la fleuraison, les plantes peuvent être taillées à la base et ainsi empêcher les espèces les plus prolifiques de se resemer. Si la suppression de jeunes pousses de marjolaine, O. vulgare, est voulu pour la cuisine, il vaut mieux cultiver plusieurs plantes et couper chacune en rotation tout au long de la saison. La marjolaine à coquille, Origanum majorana, est largement vendue par les pépinières de plante aromatique et est cultivée comme annuelle. Les origanums sont généralement exempts des parasites et des maladies.

Récolter et sécher l’origan

   La marjolaine cultivée sur un sol pauvre et bien drainé, en plein soleil développe la saveur la plus intense ; la meilleure période de récolte pour faire sécher la plante, en vue de la cuisinée, est en été. Les parties sommitales sont coupées juste avant qu'elles soient en pleine floraison et sont attachées en petits paquets, grâce à des ligatures. Il est préférable d’utiliser des élastiques que la corde qui deviendra lâche autour des tiges du fait qu’elles rétrécissent en séchant. La récolte devrait avoir lieu en milieu de la matinée quand l’humidité de la nuit s’est évaporé, mais avant le soleil ne soit trop chaut et ai libéré les huiles volatiles des plantes. Il est préférable de confectionner des paquets avec des petites branches pour permettre aux tiges de sécher entièrement, et ils doivent être accrochés dans un endroit chaud et sec avec une bonne ventilation, de préférence avec une faible luminosité qui ferait faner les feuilles. Le temps de séchage est variable, mais la moyenne est de deux semaines, les feuilles peuvent alors être retirées des tiges et être stockées dans des bocaux en verre sombre étiquetés pour la cuisine. Il est préférable d’utiliser la marjolaine sèche dans un délai d'un an, après quoi la saveur diminuera. Bien que les paquets d'herbes suspendus au plafond de cuisine est un aspect attrayant, la méthode ci-dessus est la meilleure pour conserver la saveur. Pour un aspect visuel, quelques branches d’origan en fleur, qui sèchent particulièrement bien, garderont un côté très attrayants en hiver.
 


L’origan une bonne plante de jardin

   Avec leur large gamme de couleurs de fleur et de feuillage, les origans font d'excellentes plantes de jardin. Les cultivars tels qu’Origan ‘Herrenhausen’ deviennent de plus en plus populaires pour la mix-borders de plantes herbacées, où ils exposent de profondes couleurs qui se marient parfaitement avec d'autres plantes. La couleur pourpre de leur fleur se combine de très belle manière avec le feuillage argenté des plantes, et elles peuvent être plantées au milieu du massif. Les couleurs dorées, argentées ou panachées du feuillage de certains cultivars sera mieux mis en valeur à la mi-ombre, où des groupes d’origan peuvent éclairer des associassions de couleurs plus foncées. Les cultivars d'Origan vulgare drageonnent, et un travail durant l'hiver peut s’avérer nécessaire pour maintenir une forme bien arrondie à la plante. Quand la croissance commence au printemps, la plante ressemble alors à un coussin doré.
   Les espèces alpines d’origan, quand elles sont cultivées à l’extérieur, préféreront être installées dans une plate-bande surélevée, avec un bon drainage ou dans un jardin de rocaille. Les espèces ayant une floraison ressemblant à celle du houblon poussent bien dans des éboulis rocheux, ou dans des fissures de rochers, on peut ainsi mieux profiter de leur floraison. Le gravier les protège et permet aussi de les mettre en valeur.

 

Origanum laevigatum

Origanum laevigatum

Origanum laevigatum 'Herrenhausen'

Origanum laevigatum 'Herrenhausen'

Origanum laevigatum 'Hopley's'

Origanum laevigatum 'Hopley's'