Collections de plantes vivaces de terrain sec : contact mail ou 06 61 02 72 34
Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur et nous vous recommandons d'accepter leur utilisation pour profiter pleinement de votre navigation.
close

Nouveautés

Toutes les nouveautés

Comment multiplier mes sauges ?

La Multiplication

 

Que vous soyez particulier ou professionnel, il est important de multiplier afin de pérenniser les espèces. Sans le savoir, certains possèdent dans leur jardin des espèces très rares qu'il est important de conserver et de diffuser afin de préserver notre patrimoine botanique. À chaque sauge correspond un mode de multiplication, mais plusieurs modes peuvent aussi s'appliquer à une même plante. Les trois façons de multiplier sont :

  • le bouturage
  • le semis
  • la division.

 

Le bouturage


Pour certaines variétés (hybrides) qu'il est impossible de diviser, le bouturage est le seul mode de multiplication qui permet de conserver le patrimoine génétique et donc de dupliquer la plante-mère. La meilleure technique de bouturage pour obtenir une sauge vigoureuse et bien charpentée est le bouturage herbacé, c'est-à-dire à bois vert. La bonne époque pour pratiquer ce type de multiplication est aux mois de mai-juin. Toutes les espèces ne se bouturent pas avec la même facilité. Les microphylla sont parmi les plus faciles à bouturer. Généralement, les sauges à tiges velues et celles à feuillages gris sont plus difficiles à faire raciner. Pour obtenir une bouture réussie de ces dernières, il vous faudra en multiplier au moins une dizaine.

 

Comment procéder :

  • Préparez ou achetez un mélange contenant 50 % de terreau et 50 % de sable. Procurez-vous des contenants le plus petit possible (par exemple des pots de « petits suisses », sans oublier de perforer largement le fond pour l'évacuation de l'eau). Remplissez-les de ce mélange et arrosez-les.
  • Sur un pied bien vigoureux, prélevez une belle pousse tendre d'un maximum de 5 cm de long à l'aide de ciseaux de couture plutôt que d'un sécateur. Il est important d'obtenir une coupe franche et nette.
  • « Habillez » la bouture, c'est-à-dire coupez les feuilles environ de moitié dans le sens de la largeur et la tige juste en dessous du dernier noeud. Supprimez la paire de feuilles au niveau de ce dernier.
  •  S'il y a un bouton floral au sommet de la tige, enlevez-le.
  • Trempez la base de la bouture dans de l'hormone de bouturage. Secouez légèrement pour enlever l'excédent de poudre.
  • Vous piquerez ensuite la bouture ainsi pré-parée dans votre petit contenant garni du mélange prévu à cet effet, en ayant fait au préalable un pré-trou à l'aide d'un gros clou de façon à ce que la bouture ne casse pas en la mettant en terre.
  • Placez le résultat obtenu dans un endroit chaud, mais attention, sans soleil direct. Veillez à ce que le mélange reste toujours humide, sans excès.
  • À la fin d'une période de quinze jours à trois semaines, les premières racines doivent apparaître. Vous allez alors commencer à observer les premières pousses de votre bouture.
  • Une fois bien racinée, rempotez votre plante dans un godet ou un petit pot (un litre au maximum). Mettez-la dans un endroit abrité au soleil.

 

Le semis

Il permet de multiplier les espèces botaniques, c'est-à-dire les espèces types non issues d'hybridations. Même si le pied mère d'une variété hybride produit beaucoup de graines, le semis de celles-ci ne donnera jamais la même plante que la plante-mère. Suivant les espèces, la période de récolte des graines diffère. Pour récolter, les calices * doivent être parfaitement secs ; les graines, bien noires et brillantes, doivent tomber seules en exerçant simplement une légère friction sur les calices. Pour la plupart des espèces, les semis doivent être effectués au mois de janvier ou au plus tard en février. Si vous possédez beaucoup de sauges dans votre jardin, sachez que la plupart des espèces ne s'hybrident pas facilement. Mais si cela devait arriver, vous observeriez des variations — de couleur, de feuillage ou de comportement — sur les jeunes plants. Ces jeunes plants ne devront pas alors être nommés comme le pied mère. Ils devront être observés pendant deux à trois ans et, s'ils possèdent un intérêt particulier, pourront donner naissance à de nouvelles variétés.

 

Comment procéder :

  • Procurez-vous des caissettes de semis. Les caisses en polystyrène de votre poissonnier feront parfaitement l'affaire.
  • Préparez un mélange contenant 50 % de terreau et 50 % de sable de rivière ou, plus facile, achetez un terreau spécial semis.
  • Répartissez les graines sur le substrat en prenant soin de faire un semis très clair.
  • Recouvrez légèrement avec du sable (la même épaisseur de sable que l'épaisseur de la graine).
  • Humidifiez le tout légèrement.
  • Placez la caissette dans une pièce chaude. • Veillez à ce que le tout reste toujours humide mais sans excès.
  • Suivant les variétés, les graines vont lever plus ou moins vite, plus ou moins facilement et plus ou moins régulièrement.
  • Dès que vous apercevrez les deux feuilles primordiales, mettez-les le plus au jour possible. S'il ne fait pas froid, vous pouvez les sortir en journée dans un endroit protégé et les rentrer le soir. L'idéal est de pouvoir les mettre en véranda ou en serre.
  • Quand vous jugerez que vos plantules sont suffisamment développées (deux premières feuilles bien formées), vous les transplanterez chacune dans un godet avec un mélange de terreau drainant.
  • Vous les élèverez environ un mois en serre, véranda ou dehors dans un endroit bien abrité que vous protégerez d'un 'plastique. Elles pourront ensuite finir de grandir dehors.

 

La division

Toutes les espèces ne peuvent pas être divisées. Seules les plantes possédant une souche drageonnante, rhizomateuse, tubéreuse ou cespiteuse peuvent subir ce genre de multiplication. Cette opération devra être effectuée au tout début du printemps, une fois la taille ou le nettoyage terminés, sur une touffe assez forte. La division permet de multiplier à l'identique :

 

  • soit les hybrides qui ne produisent pas de parties aériennes bouturables ;
  • soit les espèces botaniques qui ne produisent pas ou peu de graines et qui n'ont pas non plus de boutures évidentes ;
  • soit des espèces botaniques qui produisent :es graines mais qui sont très difficiles à faire germer.

 

Comment procéder :

  • À l'aide d'une bêche, déterrez la motte en totalité.
  • Avec une scie ou un grand couteau, décousez la motte en parts en faisant attention à ne pas abîmer les nouveaux départs.
  • Replantez aussitôt les éclats ainsi obtenus en ayant auparavant pris soin de réduire le feuillage (supprimer les grandes feuilles et celles abimées).