Phlomis 'Edward Bowles' - fleur
  • Phlomis 'Edward Bowles' - fleur
  • Phlomis 'Edward Bowles' - plante
  • Phlomis 'Edward Bowles' - feuillage
  • Phlomis 'Edward Bowles' - plante
 Notes et avis clients
personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue

Phlomis 'Edward Bowles' - Sauge de Jérusalem

Phlomis herbacé à végétation drageonnante. Larges feuilles cordiformes semi-persistantes (parfois caduques par grand froid), vertes, duveteuses. Fleurs originales, jaune crème et jaune citron.

 

Origine : P. russeliana x P. fruticosa. Hybride obtenu par les pépinières Hillier, en Angleterre.

Plus d'informations...

6,90 €
TTC
Quantité

Remise sur la quantité
Quantité Remise Vous économisez
3 10% Jusqu'à 2,07 €
5 20% Jusqu'à 6,90 €
25 30% Jusqu'à 51,75 €

Caractéristiques des Phlomis 'Edward Bowles' - Sauge de Jérusalem

Genre :
Phlomis
Famille :
Lamiaceae
Cultivar :
Edward Bowles
Rusticité :
Résistant jusqu’à - 11 ºC
Taille (Haut. x Larg.) :
1 m x 1 m
Densité de plantation par m² :
1

Floraison

  • -
  • -
  • -
  • A
  • M
  • -
  • -
  • -
  • -
  • -
  • -
  • -

Résistance à la sécheresse :
besoin en eau moyen
Hauteur en fleur :
1 à 1,3 m
Exposition :
mi-ombre
soleil
Couleur :
jaune
Nature du feuillage :
semi-persistant
Période de floraison :
printemps
pH du sol :
Acide / Neutre (6.5 < Ph < 7.5)
Basique (calcaire Ph > 7.5)
Nature du sol :
drainant (caillouteux ou filtrant)
Zone de rusticité :
Z8 : - 11°C à - 7°C
Type de plantes :
arbrisseau
Usage de la plante :
en massif
fleur à couper
jardin sur gravier
nourrit les abeilles
Genre botanique :
Phlomis

C'est un hybride probable entre un Phlomis herbacé à végétation drageonnante (Phlomis russliana) et un Phlomis à port arbustif (Phlomis fruticosa).

 

Croisant les caractères des deux parents, il forme un vigoureux couvre-sol étalé dont les grandes feuilles sont persistantes ou semis persistantes (parfois caduques par grand froid).

 

Les fleurs jaunes tendres groupées en verticilles sur de longues tiges émergeant du feuillage.

 

Hybride obtenu par les pépinières Hillier, en Angleterre, c'est un Phlomis adaptable à de nombreuses conditions de culture. Il est utilisé en Angleterre dans les mixes boarders où il est apprécié pour sa floraison généreuse. On peut en voir par exemple de longues bordures au jardin botanique de Cambridge, où il est associé à Stipa gigantea et Verbena bonariensis, dans une scène fleurie très décorative.

 

Comment cultiver le Phlomis 'Edward Bowles' - Sauge de Jérusalem :

Plantation :

La majorité des espèces en culture en France proviennent du bassin méditerranéen et préfèrent donc le plein soleil et bon drainage. Un pH de sol très calcaire n'est pas gênant. P. angustissima, P. bourgaei et P. lycia se développent naturellement sur des sols acides et alcalins, et la plupart des espèces se développent bien sur les deux types de sol. Certaines personnes diront qu’un Phlomis vivra rarement plus de 12 à 14 ans. Mais d’un autre côté, j’ai déjà vu un P. fruticosa qui avait plus de 20 ans.

 

Arrosage :

Bien que la plupart des arbustes affectionnent les sécheresses une fois établies, les jeunes plantes aiment être arrosées, de temps à autre, jusqu'à ce que leur système racinaire soit bien établi. Une fois installés ils résistent tous à de très longues périodes de sécheresse sans aucun arrosage.

 

Exposition :

Les Phlomis devraient être positionnés dans des situations ensoleillées, bien que dans la nature de nombreuses plantes poussent à la mi-ombre par exemple de Pinus halepensis en Turquie ou en Grèce avec Quercus coccifera. Une situation ombragée aura pour conséquence des changements importants sur la forme des feuilles. Par exemple P. longifolia peut être méconnaissable dans une situation ombragée. Il en sera de même pour l’indûment qui se développe souvent sur les feuilles en hiver et en été. En hiver, ils peuvent développer de plus grandes feuilles avec moins d'indûment comparé aux petites feuilles d’été abondamment recouvertes d’indûment. Il existe toujours quelques exceptions et notamment pour Phlomis russeliana ou Phlomis samia qui seront eux plus à leur aise à la mi-ombre car naturellement on les retrouve en lisière de sous-bois.

 

Multiplication :

  1. Par bouturage : puisqu'ils hybrident, la meilleure méthode est de les multiplier par boutures. Pour les espèces arbustives prélever les boutures en décembre-janvier. Bien que la plupart des espèces semblent ne pas supporter l’humidité atmosphérique, l’enracinement se ferra très bien si les boutures sont maintenues à l’étouffée.
  2. Par semis : ils sont facilement multipliables par semis à base de graines récoltées dans la nature, celle-ci germant généralement dans un délai de deux semaines. Les graines sont viable après plusieurs années (ne pas les maintenir au réfrigérateur). Il ne faut pas récolter les graines trop tôt en été, mais plutôt attendre octobre, la germination étant par la suite bien meilleure.
 Avis
Tous les avis sur cette page sont affichés par ordre chronologique.

Soyez le premier à donner votre avis !