Catégories de la FAQ
Conditions de vente

Quelle est la taille de la plante que j'achète ?

Et comment est-elle cultivée ?

Taille d'une plantes à la vente
  • Toutes de nos plantes sont cultivées dans des pots anti-chignon de 1,4 litres ( dimensions L x l x H = 10 x 10 x 17 cm). Ce format est 3 fois plus gros qu'un Godet de 9 cm (voir photo ci-contre avec la pièce de 1 € ). 


  • Elles ont une hauteur moyenne de 10 à 15 cm pour les plantes herbacées et les arbrisseaux type lavandes et 20 à 30 cm pour les arbustes type lauriers-roses.

  • Toutes nos plantes sont cultivées sans forçage.

  • Notre mélange est constitué, de bois, de tourbe et de terre de jardin. La fertilisation est basée sur un amendement organique, complété avec un engrais à libération progressive.

 

  • Nous préférons laisser faire la nature à la lutte chimique. Nos plantes ne subissent aucun traitement. 

 

  • Toutes nos plantes sont empotées pour 2 ans. Nos plantes n'ont pas de chignons. Défaire la motte avant leur plantation est une erreur souvent commise, leurs racines actives étant sur les bords.

 

  • Toutes nos plantes sont produites dans notre pépinière en FranceEn effet, à l'heure où une très grande partie des végétaux vendus en France, beaucoup sur internet, sont produits à bas coûts dans des pays étrangers (Hollande, Italie ou encore Espagne), il nous semblait nécessaire de recadrer les choses. Par l'achat de nos végétaux vous : 
    • Valorisez le savoir-faire et la qualité française, 
    • Préservez nos emplois et ceux de nos enfants, 
    • Participez à la protection de l'environnement en privilégiant le développement durable et les achats de proximité.

 

Nous vous souhaitons beaucoup de plaisirs avec vos futures plantes !


Quelles sont les conditions de Livraison des Senteurs du Quercy ?

À DOMICILE

 à partir de 8,99 €*

 

Avec les transporteurs GLS, La Poste ou PHM (pour les colis avec plus de 32 plantes). Livraison sous 1 à 3 jours chez vous ou à l'adresse de votre choix, du lundi au vendredi par GLS et PHM, plus le samedi pour Colissimo.

* Les frais de port indiqués lors du passage de la commande répandent du poids des plantes à expédier (chaque plante pèse en moyenne 1kg).

Nous livrons dans tous les pays de la CEE : Allemagne, Autriche, Belgique, Finlande, Irlande, Espagne, Grèce, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Unis ...

EN POINT RELAIS

 à partir de 10,28 €*

Dans un point Mondail Relay. Votre commande livrée sous 1 à 3 jours dans le point relais de votre choix parmi les 4300 disponibles en France.

* Les frais de port indiqués lors du passage de la commande dépendent du poids des plantes à expédier (chaque plante pèse en moyenne 1kg).

À LA PEPINIERE

 0 € 

 

Si vous habitez ou êtes de passage dans le Lot, près de Cahors, vous pouvez choisir de retirez vos plantes vous-même à la pépinière, service gratuit

Choisissez l'option "Retrait à la pépinière ou lors d'une Foire aux plantes" au moment de la commande, et choisissez le moment où vous viendrez retirer la commande.

 

Si vous êtes pressé, vos plantes sont choisies dans nos serres à Escamps et préparées dans un délai de 2h.

 

 

Vous pouvez  choisir la date à laquelle vous souhaitez recevoir vos plantes en l'indiquant dans la case dédiée lors du passage de votre commande.

 

Nos plantes sont emballées le plus tard possible, en général le lundi, puis expédiées le mardi afin qu'elles vous arrivent fraîches, avant le weekend. Elles sont emballées avec soin afin de supporter plusieurs jours d'attente dans des cartons renforcés avec un calage de fibres de bois qui est compostable.

Le délai entre la remise au transporteur et la livraison est en général de 24h à 48h. Le délai total entre le moment de la commande et celui de la livraison est donc généralement de 3 à 7 jours. Vous pouvez suivre l'acheminement de votre colis après son départ avec le numéro d'expédition sur notre site.

Plusieurs transporteurs assurent nos livraisons, suivant le type de colis et la zone géographique. Nous avons 3 transporteurs principaux: GLS, Colissimo de La Poste et PHM. GLS livre en 24h à 48h ; Colissimo livre en 48 h et PHM en 48h à 72h. 

 

En case de souci de livraison (retard, colis abîmé,....), nous faisons un point avec vous par téléphone au 06 61 02 72 34, et prenons ensemble les décisions raisonnables (remplacement, remboursement, mise sous observation de la plante concernée).


Comment nous contacter ?

  • Par email en cliquant ici. Nous répondons sous 24 h ouvrées.
  • Par téléphone au 06 61 02 72 34 du lundi au vendredi de 9 h à 18 h.

Comment passer commande ?

  • Par Internet, sur ce site.
  • Par téléphone, au 06 61 02 72 34.
  • Par courrier, à l’ordre de GAEC Senteurs du Quercy, Mas de Fraysse 46230 Escamps.

Pouvez-vous me faire parvenir un catalogue papier ?

Nous joignons à chaque expédition un catalogue papier. Si vous n'avez pas encore commandé, vous pouvez effectuer une demande de catalogue par courrier accompagnée de 2 timbres au tarif normal (qui correspondent aux frais postaux).


Voir plus >>
Conseils de culture pour les Iris

Dans quel terrain planter mes Iris ?

Dans un sol perméable.

Un sol léger, bien drainé. L'iris craint les excès d'humidité. En sol trop humide, planter les iris sur de petites buttes réalisées au moment de la plantation. Défoncer le sol sur une profondeur de 25 à 30 cm. Si le sol est lourd, incorporer du sable pour améliorer sa capacité drainante. Le terrain peut être calcaire, neutre ou légèrement acide. Dans les sols à tendance acide, incorporer de la chaux magnésienne (50 g/m2).


A quelle exposition planter ses Iris ?

Situation ensoleillée.

Les iris doivent bénéficier au minimum d'une demi-journée de soleil.


A quelle époque doit on planter les Iris ?

toute l'année et dès réception.

  1. Mi-juillet à fin août. C'est la période en général préconisée, car les rhizomes sont alors vigoureux et ont le temps de s'acclimater à leur nouvelle situation avant l'hiver.
  2. La mise en terre peut se prolonger jusqu'à fin septembre. Les iris fleuriront dès le printemps suivant.
  3. Vous pouvez également planter vos iris le reste de l'année mais la floraison la première année ne sera pas garantie !

A quelle distance planter mes iris ?

25 à 35 cm.

Laissez entre chaque rhizome un espace de 25 cm au moins. Une plantation plus serrée ferait plus vite de l'effet, mais nécessiterait très rapidement d'être éclaircie.


Faut-il couper les feuilles de mes Iris ?

NON.

Ne coupez les feuilles que si elles sont trop tachées; mais ne jamais couper ras les feuilles vertes durant l'été comme cela est courament entendu. Coupez les hampes florales fanées à 10 cm du sol. En automne, enlever toutes les feuilles jaunes et sèches.


Voir plus >>
Conseils de culture pour les Lavandes

Comment bien cultiver mes lavandes en pot ?

La culture en pot permet de choisir, de maîtriser et d'adapter le sol à la plante. Les variétés les plus fragiles pourront être cultivées en pots. La présence de pots dans le jardin peut animer un décor. Des variétés gélives aux floraisons remontantes qui pourront être rentrées pendants les grand froids,  ou encore deux gros pots de lavandin 'Grosso' pour animer une descente d'escalier.

 


 

La taille du pot

Choisissez un pot dont la taille sera suffisamment important pour permettre à la plante de se développer correctement. Le pot pourra être en plastique (léger, bon marché et ne casse pas en période de gel) ou en terre cuite (meilleure porosité et plus esthétique). Évitez les containers en plastique du type "bacs Riviéra" car la terre reste humide à l'intérieur et la lavande ne pourra survivre.

 

 

Le substrat :

Le substrat devra être poreux pour s'humidifier facilement, drainant pour ne pas retenir l'eau, léger et aérer pour laisser circuler l'eau et l'aire, riche en élément nutritifs, chimiquement neutre ou légèrement acide lorsque l'eau est calcaire.
 

Exemple de substrat pour l'empotage des lavandes angustifolia, lavandin ou L. x chaytorea :

60 % tourbe
+ 25 % terre de jardin
+ 15 % gravier (ou pouzzolane, perlite, vermiculite, sable de rivière).

 

 

L'amendement :

Il faudra nourrir les plantes de temps à autre avec un engrais de préférence naturel en surfaçage ( fumier, compost) ou minéral (équilibré en NPK).
 

 

L'arrosage :

Arroser régulièrement, du printemps à l'automne, tout en laissant la motte bien séchée entre chaque arrosage.


Comment bien planter mes lavandes en pleine terre ?

 

Cultiver les lavandes en pleine terre :

 

  • Les différentes espèces et variétés de Lavande de type angustifolia et Lavandin peuvent pousser en pleine terre partout en France sous la plupart des latitudes et des altitudes.
 
  • Le choix de l'emplacement de votre plantation est important. Le terrain doit être sain, bien exposé (éviter l'ombre), léger, bien drainé et adapté à la variété. 
 
  • Si la terre est trop acide, il sera nécessaire de chauler pour rectifer le pH.

 

Couleur de la terre  Propriétés Nature du sol Comment corriger
Brune ou noirâtre Sol riche en humus. Terre humifère Afin d'obtenir une terre neutre incorporer du sable, de la pouzzolane pour drainer.
Blanchâtre Ne retient  pas l'eau. Alcalinité, terre calcaire Bêcher et incorporer du terreau et du compost.
Variable mais jamais brune Compact et collant : collante et lisse lorsqu'elle est humide, lourde lorsqu'elle est sèche. Terre argileuse Améliorez le drainage en y incorporant des cailloux, graviers, pouzzolane, de manière à alléger la terre. Bêcher et ajouter de l'humus.
claire, sèche et grumeleuse Poreux, léger. Terre sablonneuse,siliceuse. Ajouter de l'humus et de la matière organique.

 

Lavandula angustifolia 'Hidcote'

 

Quand faut-il planter ? 

La plantation pourra s'effectuer : 

  • du printemps (de la fin des grosses gelées - fin février)
  • à l'automne (jusqu'au début des grosses gelées - fin novembre). 

Il ne faudra pas planter pendant les périodes trop froides et éviter que le sol soit gelé.


 

Préparez les plants : 

Votre plant de Lavande peut être présenté de différentes manières soit en conteneur (godet, pot...), soit en racines nues. Nos plantes étant cultivées dans des pots anti-chignon, il n'est pas nécessaire de toucher aux racines. Tremper la motte pendant que vous creusez le trou.
  • Remarque : Évitez les plants en godet (délicat à la reprise) et en racines nues  (qui ne sont pas du tout esthétiques et qui vieillissent vite en faisant du bois) qui ont du mal à repartir.
 
 
  

Préparez le trou : 

A l'aide d'une fourche bêche, déblayer un cube assez profond en séparant la partie supérieure, décompacter le fond du trou et les parois à la fourche bêchePour finir remblayer un peu de terre extraite à la partie supérieure en a mélangeant avec un peu de pouzzolane ou de gravier.
 
 

Quelle distance de plantation ? 


Espacer vos plants en fonction de leur variété et de leur taille une fois adulte.
  • Pour les lavandes angustifolia : tous les 40  à 50 cm  environ ou  5  au m²  lorsqu'ils  sont  plantés  en quinconce.
  • Pour les Lavandins : tous les 50 cm à  1  m ou 3 au m² .
Définissez l'emplacement de chaque végétal à l'aide d'un cordeau.

 

Planter : 

Dépoter minutieusement votre Lavande pour ne pas abîmer les racines. Déposer la plante dans son emplacement, de façon à ce que le haut de la motte soit bien enterré. Remblayer l'espace libre avec la partie extraite du fond du trou et caler avec le pied. Ratisser la surface autour de la plante pour obtenir une surface lisse. Arroser abondamment.

 

Pailler : 


Recouvrir la surface du sol par un paillis organique ou minéral. Le paillis est utile pour lutter contre les mauvaises herbes et éviter le dessèchement de la terre. De plus, le paillage peut être esthétique s'il est bien choisi et permet en se décomposant progressivement d'enrichir et d'alléger la terre. Le paillis doit être adapté en fonction de la nature du sol et de la variété cultivée :
  • écorces de pin pour les Lavandes de terre acide de type stoechas,
  • cabosses de cacao pour les Lavandes qui poussent en bord de mer ou dans des régions subtropicales de type dentata.
  • galets de calcaire ou pierres, pour les Lavandes de type angustifoliaLavandin.


Dois-je arroser mes lavandes ?

 

Pourquoi ?

Les besoins en eau sont variables en fonction du mode de culture (jardin en pot ou en pleine terre), du sol et en fonction des variétés cultivées.               

  • Besoins des végétaux :

-  à la plantation, l'eau permet l'enracinement des jeunes plants et favorise l'émission de nouvelles racines.
-  en cours de culture, l'arrosage permet aux végétaux de croître et de bien se développer. 

  • Besoins culturaux :

- pour pénétrer le sol avec les outils pour préparer les terrains, pour planter, pour entretenir, pour arracher...
-  pour assurer la reprise après plantation, la conservation en jauge de plantes gélives
-  pour offrir à ces cultures un milieu d'accueil, un sol hospitalier, en favorisant une activité physico-chimique et biologique optimale.

  • Besoins du sol :

Le sol n'a pas toujours des réserves suffisantes en eau alors que les pluies peuvent être espacées ou trop peu abondantes, Certaines variétés sont exigeantes en eau et transpirent plus (L. stoechas...). Le sol lui-même perd de l'eau par évaporation et la réserve facilement utilisable est trop faible.


 

Quand ?

L'arrosage va dépendre de l'humidité ambiante, de la saison et du climat, de la variété de la plante et de sa culture en pot ou en pleine terre. Il est nécessaire d'arroser copieusement  les  plantations en  pot  pendant  la sécheresse. La plante doit être complètement sèche avant d'être de nouveau arrosée. Un moyen simple de vérifier si la plante en a besoin, c'est de vérifier l'humidité de la terre sous la couche supérieure. Si elle est humide, il ne faudra surtout pas arroser, si elle sèche, par contre, ce sera nécessaire.
Arroser le plus possible les variétés de terre acide à l'eau de pluie qui sera moins riche en calcaire.
Au printemps et en automne, arroser la journée, en été, arroser le matin ou le soir.

  • Plantation en pot :

Il s'effectuera au rempotage et sera à surveiller seulement du printemps jusqu'à l'automne, pendant les périodes de  sécheresse où l'on pourra arroser une fois par semaine lorsqu'il fera très chaud.
L'arrosage se fera occasionnellement pour prévenir le  dessèchement de la motte. Lorsque les premiers rayons de soleil du printemps renaîtront, des petites feuilles vertes apparaîtront ça et là et quelques boutons feront leur apparition : vous pourrez alors augmenter les arrosages.

  • Plantation en pleine terre :

En règle générale les plants situés en pleine terre ne nécessitent pas d'arrosage ; cependant il pourra être envisagé en  période très sèche pour favoriser un beau feuillage, une floraison précoce ou remontante.

  • éviter :

Les arrosages généreux et répétés trop souvent sont à éviter. Ils sont nuisibles à la plante et seront à l'origine du pourrissement des racines, d'un épuisement de !a plante parce qu'elle n'aura pas connu sa période de repos végétatif et éprouvera une mauvaise reprise au printemps.



 

Différentes techniques d'irrigation :

  • submersion : ce moyen ne doit être utilisé que pour des plantes qui souffert d'un manque d'arrosage ou pour préparer une plantation.
  • aspersion : méthode efficace en sol filtrant.
  • arroser à l'aide d'une cuvette.
  • goutte à goutte, à éviter.

Comment bien tailler mes lavandes ?

La taille concerne le jardinage. Les lavandiculteurs n'effectuent pas de taille isolée car ils récoltent les fleurs en coupant les tiges très bas. Une taille est donc effectuée en même temps que la récolte de la fleur.
 

 

Pourquoi la taille est-elle nécessaire ?

La taille est une manière d'entretenir la plante.
Elle se révèle indispensable pour stimuler la croissance ou la floraison du sujet. Les fleurs non récoltées empêcheront de nouvelles de fleurir. Un plant qui n'a jamais été taillé deviendra un haut buisson, le bois (collet) se développera et les inflorescences deviendront minuscules. Le plant devenu encombrant et ayant perdu sa forme décorative ne pourra plus être rajeuni. La taille peut s'effectuer en un ou deux temps. Il est possible de récolter les fleurs et de tailler en même temps ou bien d'effectuer dans un premier temps la récolte des fleurs et dans un deuxième temps la taille du plant.

 

Période de taille :

Une taille est indispensable, deux sont facultatives. Le fait de tailler à deux reprises permettra au plant de se ramifier davantage.
La taille précoce permet à la plante d'arriver à maturité avec le maximum de vigueur, alors qu'une taille tardive à tendance à épuiser la plante pendant une période de sécheresse. Les variétés à feuillages décoratifs (ex. : L. x intermedia 'Dutch') pourront être taillées régulièrement pour les mettre en valeur :

 

  1. Au printemps, bien avant la floraison. Les boutons floraux se formeront encore après la taille.
  2. Après la floraison, pour profiter des fleurs dans le jardin.

  • Taille d'un jeune plant

Il est nécessaire d'écimer les plants de moins de trois ans plusieurs fois dans l'année. La taille des jeunes plants doit être effectuée de manière régulière pour favoriser sa croissance et éviter qu'il ne fasse du bois (pour que le collet ne se développe pas trop). Elle se fera plusieurs fois par an si possible : dès la fin des grosses gelées (février ou mars suivant les régions) jusqu'à un mois avant la sortie des ébauches florales (avril).

 

  • Taille d'un plant adulte

Lorsque le plant aura atteint l'âge adulte, c'est-à-dire à partir de la troisième année, il pourra être taillé seulement une à deux fois par an, tout dépendra du climat, à la faucille ou au taille-haie par exemple pour obtenir des pieds en forme de boule ou bien au sécateur, à l'aide d'un tuteur positionné au centre de la plante relié à un fil que l'on fera tourner autour du plant.
 


 

  1. Dans les régions froides aux hivers rigoureux, il sera préférable de tailler uniquement au printemps à la fin des grosses gelées (mars) pour éviter d'exposer aux  grands froids  un plant sensibilisé par la taille tardive (novembre).
  2. Dans les régions aux climats plus doux , il sera possible d'effectuer une taille à la fin des gelées (février) et une taille après la floraison (septembre).

Quand ne faut-il pas tailler ?

  •  A partir des gelées et pendant les gelées, pour éviter d'exposer une jeune végétation au gel.
  •  En conditions humides, les bactéries peuvent être transmises par la taille.
 

Trucs et astuces :

  • Décaler la floraison en pinçant les jeunes rameaux avant qu'ils ne se développent : les rameaux pincés au cours de leur développement fleuriront un peu plus tard.
  • Favoriser une autre floraison en récoltant les fleurs tout de suite après la fanaison. Pour cela il ne faudra pas tailler trop sévèrement et arroser la plante.
  • Corriger légèrement la forme du plant par une taille légère tout de suite après la floraison.

 

Les outils pour la taille :

Le choix de l'outil va dépendre de vos objectifs.
L'outil devra être adapté à la période de végétation de la plante ou en fonction du résultat recherché.

  •  Les ciseaux (1) : conviendront pour pincer les jeunes plants.
  •  La force (2) : permettra de réaliser de magnifiques topiaires.
  •  La faucille (3) : pourra être utilisée pour la récolte des fleurs.
  •  Le sécateur (4) : lorsqu'il n'y aura que de petites surfaces.
  •  Le taille-haie (5) :  conviendra mieux pour de grandes surfaces cultivées.

Les outils devront être entretenus pour maintenir un parfait état de propreté. Pour cela ils devront être désinfectés à l'alcool, après chaque utilisation (pour éviter la propagation des maladies et pour qu'ils ne ses rouillent pas).

 

Comment tailler ?

La taille des Lavandes consiste à ramener les rameaux feuillus au même niveau, à éclaircir ceux qui s'enchevêtrent et à supprimer ceux qui se rabougrissent. Il est important d'essayer de préserver la forme naturelle de la plante.
Il sera possible de rajeunir la plante en rabattant les vieux rameaux sur les rameaux jeunes, le plus bas possible sur l'arbuste (tailler jusqu'à 30 % de la végétation) en évitant de toucher la partie boisée (le collet), auquel cas la plante pourrait mourir.
 

lavande qui vient d'être taillée
1 mois après la taille
1 an après la taille



 


Comment choisir votre lavande : sa couleur, sa hauteur ?

Pour vous aider à choisir votre lavande :

Les différentes espèces et variétés de Lavande de type angustifolia (notées "a. Exemple" dans cette page) et Lavandin (notées "x inter. Exemple" dans cette page) peuvent pousser en pleine terre partout en France sous la plupart des latitudes et des altitudes à condition que le terrain doit être sain, bien exposé (éviter l'ombre), léger et bien drainé. Retrouvez sur cette page les conditions de culture en pleine terre.

Afin de pouvoir vous aider dans le choix des variétés de lavandes que vous souhaiteriez planter dans votre jardin, nous avons fait la synthèse de l'ensemble des variétés disponibles dans notre pépinière et les avons rassemblées dans les deux tableaux ci-dessous. Une fois que vous avez déterminée les critères de votre choix il ne vous reste plus qu'à suivre le lien vers chaque fiche de plantes en cliquant sur les noms de ces dernières. Une fois déterminée la hauteur (en fleur) et la couleur (attention la fleur de lavande se compose en faite de 2 couleurs, celle à proprement parler de la corolle (fleur) et celle du calice qui supporte cette dernière, vous trouverez plus d'explications sur la structure de l'épi floral sur cette page), cliquez sur nom de la plante pour accéder à la page de la variété :

  • Le premier tableau rassemble l'ensemble des variétés classées en fonction de leur hauteur en fleur et de la couleur de leur floraison.

  Hauteur 

en cm

Violet foncé / Bleu Violet clair / Bleu Violet pâle / Bleu Rose Blanc
jusqu'à 45  Dwarf Blue
46 à 55
 
 
 
 
 
56 à 70
71 à 80   Rosea  Heavenly Angel
plus de 80   Edelweiss

 

Période de floraison :

  • Le second tableau correspond quant à lui aux périodes de floraison qui ont pu être observées dans notre jardin d'expérimentation (il faut garder à l'esprit qu'en fonction des régions et de l'altitude où se trouve votre jardin ces périodes de floraison peuvent varier sensiblement). 
mi-juin à début juillet Fin juin à mi-juillet Début juillet à fin juillet Mi-juillet à début août Fin juillet à mi-août Début août à début septembre
Ashdown Forest
Lavenite Petite
Melissa Lilac
Thumbelina Leigh
Blue Ice
Hidcote
Hidcote Pink
Imperial Gem
Little Lottie
Miss Katherine
Miss Muffet = Scholmis
Nana Alba
Nana Atropurpurea
Peter Pan
Rosea
 
Sawyers
Richard Gray
Elizabeth
Loddon Blue
Twickkle Purple
Alba
Hidcote Giant
Olympia
Silver Mist
Edelweiss
Grosso
Provence
Impress Purple
Provence
Heavenly Scent
Heavenly Angel
Heavenly Night
Fragrant Memories
Old English Group

Conseils de culture pour les Sauges

Comment planter mes sauges ?

La Plantation

 

Si vous possédez chez vous un petit coin de midi, pourquoi ne pas y installer une sauge ?

Si l'on excepte, le quart nord-est de la France où il est très difficile de faire pousser la plupart de ces plantes, quelle que soit la région où vous vous trouvez et pourvu que votre sol ne soit pas argileux, ce sont surtout la topographie et l’emplacement de votre jardin qui feront que les sauges se plairont ou non.

Les jardins de ville, souvent clos de murs et exposés au sud, sont des endroits privilégiés, abrités du vent et du froid, qui feront qu'elles prospéreront.

 

Le sol

Il devra être impérativement filtrant. S'il est sablonneux et à tendance plutôt calcaire, alors ce sera le sol idéal. Certaines espèces sont adaptées à des terrains secs, d'autres à des sols ordinaires, et certaines ont besoin d'une terre riche et profonde. Mais attention, toujours perméable Le sol ne devra être ni acide ni argileux.

 

Comment reconnaître son sol ?

 

Observez-le en hiver. Si, quand il pleut, l'eau stagne très longtemps, il est peu perméable et contient une forte proportion d'argile.

Si votre terre n'est pas assez filtrante et que votre terrain le permet, vous pouvez aménager des terrasses , ce qui rendra ces emplacements plus secs.

Si votre sol est très argileux, il n'est pas possible de faire un trou et de l'amender avec du sable pour planter une sauge car l'amendement filtrant que vous allez amener va faire office de drain et selon la loi de l'osmose (l'eau va toujours du milieu le plus concentré vers le milieu le moins concentré), le trou ainsi préparé va se remplir d'eau.

 

Les amendements

 

Les amendements calcaires

Si le pH de votre sol est trop bas, c'est-à-dire s'il est compris entre 5,5 et 7, faites tous les ans des apports de corne torréfiée au printemps et à l'automne. Vous pouvez aussi, à l'automne précédant la plantation, incorporer à votre sol de la chaux agricole. Mais attention, renseignez-vous sur les quantités à employer. Elles doivent être faibles et fonction du pH.

 

Les amendements filtrants

Si votre sol n'est pas trop argileux, c'est-à-dire qu'il ne contient pas plus de 20 % d'argile, vous pouvez l'amender afin de l'alléger et le rendre très filtrant.

Il devra être travaillé en profondeur (60 cm) en y mélangeant une importante proportion de sable ou de bonne terre légère (sans argile).

Cet amendement devra se faire sur une vaste zone autour de la plante (1,50 m) pour aérer un maximum de terre autour d'elle.

 

La fumure

Selon la variété que vous, allez planter, enrichissez votre sol de matière organique et d'une fumure riche en phosphore et en potasse. N'employez pas de fumure azotée, cela ferait faire beaucoup trop de feuillage à votre plante au détriment de sa floraison.

L'identification de ces trois éléments minéraux se décompose de la manière suivante :

 

  • N : l'azote
  • P : le phosphore
  • K : le potassium
 

Ce qui donne par exemple pour la formulation d'un engrais complet : 18-18-18. C'est-à-dire que l'azote, le phosphore et le potassium sont présents en quantité égale.

Pour une sauge, vous devrez acheter un engrais ou les deux derniers chiffres sont supérieurs au premier. Par exemple, un 10-11-18.

 

L'exposition

Certains diront que les sauges peuvent être placées en situation mi-ombragée. Cela est valable dans leur habitat d'origine sous des climats tropicaux ou dans le sud et le sud-est de la France, ou encore pour certaines espèces qui, lorsqu'elles seront cultivées en pot, pourront être déplacées à mi-ombre au mois de juillet-août.

Quoi qu'il en soit, elles devront toujours être placées en situation abritée et ensoleillée, par exemple dans un jardin clos contre un mur.

 

L'époque de plantation

Elle dépend de l'espèce que vous voulez planter, de la région où vous voulez la planter, de la situation de votre jardin, de votre sol et de la possibilité d'arroser régulièrement ou non. Généralement, dans les régions méridionales, vous pouvez planter en automne, au printemps ou en été :

 

  • en automne toutes les espèces rustiques et semi-rustiques si votre terrain est léger
  • au printemps toutes les espèces
  • en été toutes les espèces. À cette époque, la reprise d'une sauge en conteneur est très bonne car la terre chaude permet un enracinement rapide. Le seul inconvénient est que vous devrez arroser régulièrement vos plantations pendant au moins un mois
 

Dans les autres régions, il est préférable de les planter au printemps ou en été si elles sont arrosées. Toutefois, suivant la configuration du terrain (très abrité, sol léger...), il est également possible, dans ces mêmes régions, de planter en automne des espèces résistant relativement bien au froid (en deçà de - 5 °C).

 

Comment procéder :

Selon les espèces, différentes possibilités s'offrent à vous. Vous pouvez planter contre un mur (pour cela il faudra placer votre plante à 40 cm du mur), mais aussi en Isolé, en bordure ou en massif.

 

  • Faites un trou de 6 à 7 fois la grosseur de la motte. Ameublissez le terrain. Faites éventuellement un amendement suivant la nature de votre sol.
  • Placez le plant dans le trou de façon à ce que la surface de la motte soit juste au niveau de la surface du sol.
  • Rebouchez ensuite avec le mélange ameubli. N'oubliez pas d'arroser afin que la terre se lie à la motte. Quinze jours plus tard, travaillez régulièrement la terre au pied de la plante pour l'aérer.

 

La transplantation

Si votre plante occupe un endroit qui ne vous convient pas, vous pourrez toujours la changer de place.

Cette opération devra être effectuée au début du printemps. Pour cela, il vous faudra tailler la plante afin de réduire au maximum la surface foliaire. Vous pourrez ensuite, à l'aide d'une bêche ou d'une fourche, arracher la plante en prenant soin de conserver une motte de terre autour des racines d'environ 30 cm en tous sens. Vous la replanterez aussitôt à l'endroit désiré en suivant les mêmes étapes que la plantation.

 

L'arrosage

Une fois enracinées dans le sol, les sauges ne nécessitent pas d'arrosages particuliers. La plupart des espèces, bien adaptées à la sécheresse, ne devront jamais être arrosées, elles se contenteront de l'eau de pluie.

D'autres, en nombre limité, pourront, lors d'étés très secs, en supporter quelques-uns. Le feuillage de la plante saura vous dire quand : il deviendra terne, ramolli et tombant.


Comment cultiver ma sauge en pot ?

La culture des sauges en pot

 

Plusieurs raisons peuvent vous pousser à cultiver vos sauges en pot :

 

  • Vous ne disposez pas d'un sol approprié. Votre terre est glaise ou trop humide ou vous n'habitez pas une région favorable. Faites-en de belles potées.

 

  • par goût : une plante bien cultivée de cette manière peut être délicieusement mise en valeur par un superbe pot.

 

  • Vous voulez mettre des sauges sur votre balcon ou votre terrasse. C'est une façon originale et peu courante de rendre ces lieux conviviaux en profitant agréablement des fleurs, des feuillages et des parfums.

 

  • Vous pouvez aussi mettre une potée de sauge dans un massif pour l'agrémenter et lui donner de la hauteur. Dans ce cas, il vous sera possible de tricher en cassant le fond du pot afin d'obtenir un très gros trou de drainage qui laissera la plante s'enraciner en pleine terre, ce qui rendra son entretien de la plante plus facile puisqu'elle puisera ce dont elle a besoin dans le sol. Certaines espèces ne peuvent être cultivées qu'en pot car il faudra les placer en jardin d'hiver (serres, vérandas) pour les voir pousser et fleurir.

 

Comment procéder :

 

Prendre un pot dont le volume est indiqué dans les notices descriptives. Un volume trop faible limiterait trop rapidement le développement racinaire de la plante. Plus le pot sera grand, plus il vous sera aisé de l'entretenir. Préparez un mélange avec un bon terreau de rempotage et un peu de terre franche (attention : 10 % au maximum !). Vous pouvez éventuellement enrichir votre mélange terreux de billes d'engrais ,à libération lente. Les plantes ne vivent pas seulement de l'amour et de l'eau qu'on leur apporte : comme tout être vivant, elles ont besoin de se nourrir de façon équilibrée. Remplissez votre pot de ce mélange sans tasser. Faites-y un trou dans lequel vous placerez votre motte de façon à ce que le haut de la motte soit au niveau du haut du terreau. Tassez légèrement le tout pour obtenir une différence de niveau de quelques centimètres entre le terreau et le haut du pot.

 

Entretien

 

Les deux premiers mois, la plante n'aura besoin que d'arrosages modérés. Vous devez toujours maintenir le terreau frais mais sans excès. Si vous hésitez sur la quantité d'eau à apporter, arrosez plutôt moins que trop. La sauge souffrira moins du sec que de l'excès d'humidité qui pourra lui être fatal. À l'arrosage suivant, si votre sauge a très soif, augmentez la quantité d'eau par rapport à la précédente. Les deux mois passés, apportez à la plante, avec l'eau d'arrosage, de l'engrais type engrais géraniums, et ce jusqu'au mois de novembre. La floraison sera ainsi abondante, le feuillage vigoureux et brillant. Toutes les espèces de sauges ne sont pas adaptées à la culture en pot, ou plutôt, certaines s'y prêtent mieux que d'autres.


Comment tailler mes sauges ?

Pourquoi tailler ?

 

Il est indispensable de tailler une plante afin d'assurer sa longévité et son développement harmonieux.

Si cette opération n'est pas effectuée, le développement des bourgeons ne se fera que dans la partie haute de la plante. En supprimant cette partie, ce sont les bourgeons du bas, en dormance, qui vont démarrer. Votre buisson sera alors bien rond, fourni et florifère.

Beaucoup, parmi les passionnés de jardins, n'osent pas tailler leurs plantes. C'est un tort, car au fil des années, leurs massifs « vieillissent ». Ils sont de moins en moins beaux et se dégarnissent. Sans taille, les plantes s'épuisent.

 

A quelle époque tailler ?

 

Pour les plantes qui fleurissent au printemps et en été, il faut supprimer les hampes florales après la floraison pour fortifier la souche et favoriser une éventuelle refloraison.

Pour les espèces rustiques à longue floraison (printemps, été et automne) et celles à floraison automnale, il faut attendre le printemps, c'est-à-dire la fin du mois de mars pour tailler. Les tiges qui vont rester sur la plante vont la protéger du froid hivernal. Les gelées blanches du mois d'avril ne gêneront pas la plante.

C'est au moment où vous constatez que votre sauge commence à pousser qu'il faut passer à l'action.

Si cette tâche était accomplie trop tôt (avant ou pendant l'hiver), la remontée de sève s'en trouverait favorisée. La végétation démarrerait, compromettant alors la survie des jeunes pousses lors des périodes de gel.

Pour les herbacées semi-rustiques, taillez dès l'apparition des premiers froids afin de pouvoir assurer l'hivernage des souches.

 

Comment procéder ?

 

Il est des espèces pour lesquelles une taille peut être simplement le nettoyage de la rosette et la coupe de la hampe florale, alors que pour d'autres, il s'agira de diminuer de plus de moitié le volume de la plante.

 

Les herbacées

Pour les espèces à rosettes basales persistantes, supprimez les hampes florales s'il en reste. Débarrassez la plante des feuilles abîmées.

Pour les espèces caduques, rabattez le tout au ras du sol. De nouvelles pousses vont sortir de terre au printemps.

 

Les arbustives

Trop de bourgeons sont présents sur les tiges. Il faudrait beaucoup d'énergie à la plante pour les nourrir et faire qu'ils se développent.

N'hésitez à tailler la moitié de la plante pour favoriser les bourgeons inférieurs. Rassemblez tout le haut des branches dans vos mains et taillez en dessous.


Comment hiverner mes sauges ?

À l'approche des grands froids, il est temps de penser à l'hivernage. C'est une opération indispensable pour certaines espèces. Il est relatif à plusieurs critères :

  • l'espèce à hiverner
  • la région où vous habitez
  • la façon dont votre sauge est cultivée (pot ou pleine terre)

 

Les plantes en pots

 

D'abord, pour l'hivernage d'une sauge en pot, qu'elle soit rustique, semi-rustique ou gélive, la règle numéro un est de cesser les arrosages fréquents. Pour limiter la prolifération des maladies et augmenter la résistance des plantes au froid, il faut que l'humidité soit abaissée au maximum. Les tiges et les racines ne doivent pas être gorgées d'eau pendant les périodes de gel. Des tiges ou des racines turgescentes éclateront au gel alors qu'elles résisteront plutôt bien si elles sont déshydratées. La motte devra rester sèche. Un léger arrosage tous les quinze jours est suffisant.

 

Les rustiques

Il n'est pas nécessaire de rentrer une sauge rustique pour l'hiverner. Il faut la placer à l'abri de la pluie pour éviter les excès d'humidité. L'hivernage doit surtout se faire au niveau des racines. En pot, elles sont directement en contact avec le gel. Procurez-vous du plastique bulle. Emmaillotez votre pot comme ci-dessous en prenant soin d'appliquer plusieurs couches de plastique. Retirez une fois le gel passé.

 

Les semi-rustiques

Si vous êtes dans une région à climat continental, il faudra, au moment des premiers grands froids, rentrer votre potée, au préalable emmaillotée, à l'abri du gel dans une serre, une véranda ou un endroit assez clair et ventilé. Cet endroit ne devra pas nécessairement être chauffé.

Dès que les gelées seront passées, sortez votre plante. Si vous habitez dans une région à climat océanique, vous pourrez laisser votre potée dehors en la mettant contre un mur orienté au sud, à l'abri de la pluie. Il faudra, au moment des grands froids, emmailloter le pot et protéger également la plante avec du voile d'hivernage comme ci-dessous. Ne laissez le voile que pendant les périodes de gel. Au cours de l'hiver, si le temps se radoucit, enlevez-le et remettez-le au besoin. Votre plante passera ainsi un hiver tranquille au pied du mur. Une fois les grands froids terminés, ôtez toutes les protections. Si vous habitez en région méridionale, placer votre pot au pied d'un mur au sud à l'abri de la pluie est généralement suffisant. Cependant, si une vague de froid devait sur-venir, effectuez un hivernage comme en climat océanique au moment du froid. Les gélives Quelle que soit la région où vous habitez, il faudra systématiquement rentrer vos potées dans un endroit clair et aéré, tenu hors gel, où le thermomètre ne devra pas descendre en dessous de 0 °C de tout l'hiver. Vous devrez attendre le mois de mai que les dernières gelées soient passées pour ressortir vos plantes.

 

Les plantes en plein terre

 

Les rustiques

Aucune précaution ne s'impose puisque ces sauges résistent bien aux grands froids. Vous pouvez cependant pailler à l'aide de feuilles mortes afin de favoriser un démarrage précoce au printemps.

 

Les semi-rustiques

Il est plus prudent d'avoir fait au printemps précédent des boutures, des semis ou des divisions en conteneur que vous allez hiverner comme une plante en pot. Ces jeunes plants serviront à un éventuel remplacement en cas de perte du pied en pleine terre. Vous protégerez la souche de votre pied mère d'un épais paillis de feuilles mortes et de paille, (a) le tout recouvert d'un voile d'hiver-nage.

 

Les gélives

Vous devez impérativement avoir multiplié vos espèces fragiles et les conserver hors-gel. Vous pouvez aussi arracher vos pieds mères, les mettre en pot et les placer en hors-gel. Cela vous permettra d'avoir des plantes plus fortes l'année suivante. Pour cela, il faudra déroger à la règle de la taille. En arrachant les plantes, vous allez supprimer une grande partie des racines et perturber l'équilibre « partie aérienne/racine ». Si vous voulez rétablir cet équilibre, il faudra tailler la plante de moitié au moment de l'hivernage.


Comment multiplier mes sauges ?

Que vous soyez particulier ou professionnel, il est important de multiplier afin de pérenniser les espèces. Sans le savoir, certains possèdent dans leur jardin des espèces très rares qu'il est important de conserver et de diffuser afin de préserver notre patrimoine botanique. À chaque sauge correspond un mode de multiplication, mais plusieurs modes peuvent aussi s'appliquer à une même plante. Les trois façons de multiplier sont :

  • le bouturage
  • le semis
  • la division.

Le bouturage

Pour certaines variétés (hybrides) qu'il est impossible de diviser, le bouturage est le seul mode de multiplication qui permet de conserver le patrimoine génétique et donc de dupliquer la plante-mère. La meilleure technique de bouturage pour obtenir une sauge vigoureuse et bien charpentée est le bouturage herbacé, c'est-à-dire à bois vert. La bonne époque pour pratiquer ce type de multiplication est aux mois de mai-juin. Toutes les espèces ne se bouturent pas avec la même facilité. Les microphylla sont parmi les plus faciles à bouturer. Généralement, les sauges à tiges velues et celles à feuillages gris sont plus difficiles à faire raciner. Pour obtenir une bouture réussie de ces dernières, il vous faudra en multiplier au moins une dizaine.

Comment procéder :

  • Préparez ou achetez un mélange contenant 50 % de terreau et 50 % de sable. Procurez-vous des contenants le plus petit possible (par exemple des pots de « petits suisses », sans oublier de perforer largement le fond pour l'évacuation de l'eau). Remplissez-les de ce mélange et arrosez-les.
  • Sur un pied bien vigoureux, prélevez une belle pousse tendre d'un maximum de 5 cm de long à l'aide de ciseaux de couture plutôt que d'un sécateur. Il est important d'obtenir une coupe franche et nette.
  • « Habillez » la bouture, c'est-à-dire coupez les feuilles environ de moitié dans le sens de la largeur et la tige juste en dessous du dernier nœud. Supprimez la paire de feuilles au niveau de ce dernier.
  •  S'il y a un bouton floral au sommet de la tige, enlevez-le.
  • Trempez la base de la bouture dans de l'hormone de bouturage. Secouez légèrement pour enlever l'excédent de poudre.
  • Vous piquerez ensuite la bouture ainsi pré-parée dans votre petit contenant garni du mélange prévu à cet effet, en ayant fait au préalable un pré-trou à l'aide d'un gros clou de façon à ce que la bouture ne casse pas en la mettant en terre.
  • Placez le résultat obtenu dans un endroit chaud, mais attention, sans soleil direct. Veillez à ce que le mélange reste toujours humide, sans excès.
  • À la fin d'une période de quinze jours à trois semaines, les premières racines doivent apparaître. Vous allez alors commencer à observer les premières pousses de votre bouture.
  • Une fois bien racinée, rempotez votre plante dans un godet ou un petit pot (un litre au maximum). Mettez-la dans un endroit abrité au soleil.

 

Le semis

Il permet de multiplier les espèces botaniques, c'est-à-dire les espèces types non issues d'hybridations. Même si le pied mère d'une variété hybride produit beaucoup de graines, le semis de celles-ci ne donnera jamais la même plante que la plante-mère. Suivant les espèces, la période de récolte des graines diffère. Pour récolter, les calices * doivent être parfaitement secs ; les graines, bien noires et brillantes, doivent tomber seules en exerçant simplement une légère friction sur les calices. Pour la plupart des espèces, les semis doivent être effectués au mois de janvier ou au plus tard en février. Si vous possédez beaucoup de sauges dans votre jardin, sachez que la plupart des espèces ne s'hybrident pas facilement. Mais si cela devait arriver, vous observeriez des variations — de couleur, de feuillage ou de comportement — sur les jeunes plants. Ces jeunes plants ne devront pas alors être nommés comme le pied mère. Ils devront être observés pendant deux à trois ans et, s'ils possèdent un intérêt particulier, pourront donner naissance à de nouvelles variétés.

 

Comment procéder :

  • Procurez-vous des caissettes de semis. Les caisses en polystyrène de votre poissonnier feront parfaitement l'affaire.
  • Préparez un mélange contenant 50 % de terreau et 50 % de sable de rivière ou, plus facile, achetez un terreau spécial semis.
  • Répartissez les graines sur le substrat en prenant soin de faire un semis très clair.
  • Recouvrez légèrement avec du sable (la même épaisseur de sable que l'épaisseur de la graine).
  • Humidifiez le tout légèrement.
  • Placez la caissette dans une pièce chaude. • Veillez à ce que le tout reste toujours humide mais sans excès.
  • Suivant les variétés, les graines vont lever plus ou moins vite, plus ou moins facilement et plus ou moins régulièrement.
  • Dès que vous apercevrez les deux feuilles primordiales, mettez-les le plus au jour possible. S'il ne fait pas froid, vous pouvez les sortir en journée dans un endroit protégé et les rentrer le soir. L'idéal est de pouvoir les mettre en véranda ou en serre.
  • Quand vous jugerez que vos plantules sont suffisamment développées (deux premières feuilles bien formées), vous les transplanterez chacune dans un godet avec un mélange de terreau drainant.
  • Vous les élèverez environ un mois en serre, véranda ou dehors dans un endroit bien abrité que vous protégerez d'un 'plastique. Elles pourront ensuite finir de grandir dehors.

 

La division

Toutes les espèces ne peuvent pas être divisées. Seules les plantes possédant une souche drageonnante, rhizomateuse, tubéreuse ou cespiteuse peuvent subir ce genre de multiplication. Cette opération devra être effectuée au tout début du printemps, une fois la taille ou le nettoyage terminés, sur une touffe assez forte. La division permet de multiplier à l'identique :

 

  • soit les hybrides qui ne produisent pas de parties aériennes bouturables ;
  • soit les espèces botaniques qui ne produisent pas ou peu de graines et qui n'ont pas non plus de boutures évidentes ;
  • soit des espèces botaniques qui produisent :es graines mais qui sont très difficiles à faire germer.

 

Comment procéder :

  • À l'aide d'une bêche, déterrez la motte en totalité.
  • Avec une scie ou un grand couteau, décousez la motte en parts en faisant attention à ne pas abîmer les nouveaux départs.
  • Replantez aussitôt les éclats ainsi obtenus en ayant auparavant pris soin de réduire le feuillage (supprimer les grandes feuilles et celles abimées).

Conseils de culture pour les plantes

Quel est le pH de mon sol afin de préparer le terrain ?

Connaissez-vous votre sol mis à part que vous le trouvez ingrat et impropre à l'aménagement de jolis massifs ?

Ces conseils vous aideront à préparer le terrain.

La plupart de nos plantes tolèrent le calcaire et peuvent également se planter dans un seul neutre à légèrement acide.

 

Votre sol est-il acide ou calcaire ?

Carte de répartition des zones de pH mesuré dans la couche de surface des sols cultivés français. Elle est bien sûr basée sur les caractéristiques du sous-sol, voire de la roche mère qui en se dégradant et en étant enrichie par les matières organiques, conditionne grandement le pH en surface. Cette carte donne un aperçu global du pH à un niveau régional. 

 

On peut classer le sols selon leur acidité de la manière suivante :

    - pH < 5,60 : sols très acides.
    - 5,61 < pH < 6,1 : sols faiblement acides  
    - 6,11 < pH < 7,00 : sols équilibrés permettant une bonne alimentation minérale  
    - pH > 7,00 : sols calcaires et / ou salés.
 
Carte du ph des sols en France
 

Par quels moyens différencier sol calcaire et sol acide ?


  • Plantes indicatrices  :

La présence de certaines plantes peut indiquer si le sol est calcaire ou acide. La présence de Chêne liège, Châtaignier, Pin Maritime, Pin laricio, présentant de bonnes conditions de croissance sont le signe d’un sol plutôt acide. Cela est corroboré par la présence d’autres plantes telles que la bruyère arborescente, la fougère aigle, la myrtille, la lavande papillon.  
La flore calcicole est plutôt caractérisée par l’absence des calcifuges citées plus haut. 
Pour plus de détails, se reporter aux flores. 
 
  • La nature de la roche mère :  

Les sols situés sur roches calcaires sont rarement très acides. 
Généralement basiques, leurs horizons superficiels sont souvent décarbonatés et présentent un pH neutre. 
 
  • Réaction à l’acide 

Le versement de gouttes d’acide chlorhydrique dilué sur un échantillon du sol provoque une effervescence si le sol est calcaire. Plus celle-ci est forte, plus le pourcentage dit « de calcaire actif » est important. 
 
  • La mesure du pH  

La mesure du pH permet de déterminer de façon précise l’acidité d’un sol. Cette mesure peut se faire de façon simple par l’emploi d’un pHmètre (sonde électronique ou colorants qui changent de couleur selon le pH). Comment analyser le pH de mon sol ? Il s'agit de récolter un échantillon le plus représentatif possible de la diversité du sol de votre jardin.
 
  1. S'il est vaste, il sera nécessaire de prélever plusieurs échantillons en fonction de la topologie et de là végétation observée.
  2. Des veines de sol distinctes peuvent être à l'origine de variations conséquentes à quelques mètres près.
  3. Pour chaque échantillon, effectuez trois à huit prélèvements a 30 cm de profondeur à l'aide d'une bêche. Vous les mélangerez intimement par la suite avant de les conditionner dans la pochette préalablement fournie par le laboratoire (environ 500 grammes).
  4. Le laboratoire d'analyse vous fournira en retour des renseignements précis sur la nature chimique et physique de votre sol et vous donnera les préconisations nécessaires pour assurer sa fertilité.

Quelques conseils pour bien commencer vos plantations ?

Si vous habitez dans une région au climat sec, plantez en automne afin que vos nouvelles plantes profitent des pluies d’hiver pendant leur période de reprise.

 

Dans les zones de climat continental, plantez de préférence en mars - avril, pour que vos plantes profitent de l'été pour bien s'enraciner.

photo d'une plante sans potChoisissez de petits sujets
, plutôt que de vous laisser tenter par de grands spécimens en fleurs. Les petites plantes, que nous vendons, s’établiront mieux et plus vite et en deux ans auront rattrapé les plus grandes auxquelles vous n’auriez pas su résister.

Les plantes de climat sec ont horreur d’avoir les pieds mouillés en hiver et donc ont besoin de sols bien drainés. Un bon drainage s’obtient en décompactant le sol en profondeur avant de planter. Si votre sol est lourd, incorporez de bonnes quantités de sable et/ou de gravier. Vous pouvez aussi rapporter de la terre afin de relever le niveau de vos massifs.

Après la plantation, Il est préférable de créer de grandes cuvettes d'arrosage autour de la plante, que l'on remplira ensuite d'eau pour la laisser s'infiltrer lentement en profondeur. Une grande quantité d'eau donnée peu fréquemment est bien meilleure que peu d'eau donnée fréquemment, pour une simple et bonne raison : l'application de petites quantités d'eau encourage la plante à développer ses racines en surface. A contrario, des arrosages copieux permettent à l'eau de pénétrer en profondeur et encourage la plante à enfoncer ses racines en profondeur, leur permettant de mieux résister à la sécheresse.

Pour éviter l’évaporation de l’humidité en surface, et limiter le développement des adventices, couvrez le sol avec une couche de paillage d’au moins 10 cm. Ce paillage peut être organique ou minéral. Nous avons une préférence pour les paillages minéraux (graviers de différentes couleurs et granulométries). Ils ont l’avantage de ne pas se dégrader dans le temps et d’être très drainants.

 

 

Massif de plantes 6 mois après la plantation


Pourquoi créer un jardin sec ?

  • Qu'est ce qu'un jardin sec ?

C'est un jardin qui ne reçoit que peu ou pas d'arrosage. Pour cela, nous utilisons des plantes adaptées aux étés secs.

  • Pourquoi créer un jardin sec ?

Parce que l'eau est une ressource naturelle précieuse qui deviendra sans doute plus rare et donc plus chère à mesure que les changements climatiques amèneront des étés encore plus chauds et plus secs. Parce que les jardins secs nécessitent moins d'entretiens. Parce que les jardins secs sont beaux toute l'année.


Quelles sortent de plantes peut-on faire pousser dans un jardin sec ?

Des arbres, des arbustes, des arbrisseaux, des bulbes, des plantes vivaces.... La plupart de nos plantes sont d'abord tout simplement des espèces spontanées dans le sud de la France. Il y a également d'autres plantes qui sont originaires du pourtour du bassin méditerranéen, partout où les conditions sont difficiles, sec en été, froid en hiver, en terrain pauvre et calcaire. Enfin certaines viennent des différentes régions à climat méditerranéen du globe : Afrique du sud, Argentine, sud-ouest des Etats-Unis, et un couloir qui par de l'Est de la Méditerranée jusqu'en Chine.


Que ne peut-on pas cultiver dans un jardin sec ?

Oubliez les beaux gazons qui restent vert tout l'été, et les plantes de climats tempérés qui meurent si on ne les arrose pas l'été. N'oubliez pas la rigueur de l'hiver, la plupart de nos plantes supportent aisément des températures descendant régulièrement sous la barre des -12°C ; ce n'est pas le cas de toutes, surtout pour les sauges.


Voir plus >>